Bio



Vit et travaille à Montréal.

Artiste émergent en arts visuels, Samuel Graveline détient un baccalauréat de l’Université du Québec à Montréal (2020), études pour lesquelles il reçoit la bourse d’excellence Monique Charbonneau ainsi que la bourse du Fonds de la Faculté des arts. Il a exposé à plusieurs reprises, entre autres à la galerie Gham & Dafe, à l’espace Georges-Émile Lapalme, à la Galerie Popop, ainsi qu’au Livart; ses œuvres figurent également dans quelques collections privées.

Par ailleurs membre du collectif artistique Hibernal, il y voit une opportunité d’affiner sa pratique et d’ancrer des réflexions conjointes à ses recherches individuelles, au fil d’échanges et de collaborations fécondes.
Démarche

Ayant une pratique artistique animée par des concepts tels que la persistance de l’image, sa disparition et son dévoilement, il expérimente les différents potentiels d’évocation et de matérialités de la condition photographique. Ses recherches l’amènent, entre autres, à réactualiser les images déjà existantes et les archives amateures, à utiliser la photographie comme support, mais aussi comme matériau symbolique. Approfondissant la notion de l’affect photographique et la construction d’un imaginaire personnel et social par la fonction cognitive et mémorielle des images, ses projets font l’objet d’une mise en relation d’histoires personnelles avec celles d’inconnu.e.s, afin de mettre en relief des motifs partagés.

S’intéressant par ailleurs aux éléments formels qui composent les images, il met en exergue différents états de construction de ces dernières par procédés d’ajouts ou de retraits, utilisant la lumière tantôt pour révéler l’image, tantôt pour la rendre invisible.

De ses oeuvres restent un écho d’existence, des traces de lumière; le tout soumis au temps, à la fragilité, ainsi qu’à la vibrance de l’acharnement.